Technisub Nuovo ARO, le ventral 100% O2 rêvé par LUIGI FERRARO

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Technisub Nuovo ARO, le ventral 100% O2 rêvé par LUIGI FERRARO

Message par ebourzeix le Mar 2 Sep - 19:49

Le projet de vous présenter cette merveille de petit recycleur - j'en suis tombé amoureux :amour1:  - en détail avance (doucement) mais avant je vais commander ce livre. Du moins essayer. J'attends leur réponse. - dommage, il est épuisé

LUIGI FERRARO, un italiano di Gaetano Ninì Cafiero - Edizioni IRECO, 2000

http://www.clubpanerai.com/index.asp?notizia=1345&codice=15

L'iconographie du fondateur de TECHNISUB est rare, je présente ce lien pour ceux que cela intéresse dans ce post qui contiendra ma présentation par la suite. Accessoirement, vous remarquerez quelques photos de Panerai :smoke:

La créature n'allant pas sans son créateur, ce livre pourra éclairer peut-être quelques aspect de la genèse de cette machine.

Autre document à parcourir: http://www.hdsitalia.com/hdsnotizie/HDSN_Eudi_2009.pdf
avatar
ebourzeix
Dendrobate tinctorius (Administrateur)
Dendrobate tinctorius (Administrateur)

Messages : 2298
Date d'inscription : 31/08/2014
Localisation : beautiful Switzerland

Revenir en haut Aller en bas

Re: Technisub Nuovo ARO, le ventral 100% O2 rêvé par LUIGI FERRARO

Message par ebourzeix le Mar 2 Sep - 19:50

Le Nuovo ARO diffère de ses contemporains italiens ("Super ARO" de CRESSI SUB ou "MKI" d'OMG par exemple) par une circulation du gaz cyclique et par sa construction qui fait la part belle au plastique. Le fondateur de Technisub, Luigi FERRARO, ancien plongeur GAMMA, et le médecin hyperbare Damiano ZANNINI* rompent ainsi avec près de 40 ans de tradition ! De ce fait, la machine se positionne plus comme une sorte de PO-68, le recycleur "export" de Fenzy (1968).

* Luigi FERRARO et Damiano ZANNINI sont les concepteurs de ce ventral.


Ferraro à droite présente à Cousteau (Technisub est une société du groupe Aqualung) un détendeur de son invention, l'INJECT, à effet venturi.

Voici ce qu'en dit Wikipedia (j'ai recopié car c'est bien résumé).

Luigi Ferraro (Italie, 1914-2006)

Luigi Ferraro est l'un des précurseurs de la plongée sous-marine en Italie. Ancien nageur de combat de la DECIMA MAS, il est l'un des fondateurs de la CMAS. Il suit sa mère, à l'âge de 14 ans, à Tripoli en Libye. C'est là qu'il commence à plonger avec du matériel adapté. Il rentre ensuite en Italie pour y terminer ses études de professeur d'éducation physique avant de retourner exercer à Tripoli. En 1939, il épouse une Italienne, Orietta, avec laquelle il aura deux enfants : Italo et Paolo. Lors de la Seconde Guerre mondiale, il est incorporé comme sous-lieutenant dans l'artillerie avant d'être affecté dans le groupe Gamma des nageurs de combat de l'unité spéciale de la marine italienne. Il devient rapidement instructeur au sein de l'unité. En janvier 1942. Pour l'exécution d'une mission à Tripoli, et afin de passer inaperçu, il convainc le commandement de se faire accompagner par sa femme, Orietta. Après une formation à l'école de plongée des « sommozzatore Gamma », elle devient ainsi la seule femme d'un pays occidental à être breveté nageur de combat. Mais la mission doit être annulée par l'état-major de la marine italienne. Il est par la suite envoyé à Alexandretta et à Mersin en Turquie sous couvert d'un passeport diplomatique afin d'y saboter des navires britanniques, grecs et norvégiens. Il devient alors le nageur italien ayant coulé le plus de navires ennemis à lui seul. À la fin des années 1940, démobilisé, il participe à des opérations de renflouement d'épaves. En 1948, il crée avec sa femme une école de sports sous-marins sur l'île d'Elbe. Ils y enseignent l'utilisation des recycleurs à circuit fermé. De 1946 à 1960, il est directeur de la société italienne de matériel de plongée Cressi-Sub. Il participe à la création de différents matériels (palmes, masques, etc.) En 1958, avec Jacques-Yves Cousteau, il participe à la création de la CMAS dont il restera le vice-président pendant près de 20 ans. En 1962, il fonde la société de matériel de plongée Technisub. Il dirige cette société, filiale de la Spirotechnique pendant une quinzaine d'années.
Source
https://fr.wikipedia.org/wiki/Luigi_Ferraro


Luigi à gauche, plongeur GAMMA


Luigi avec un ventral pendulaire de la dernière guerre. Ca ressemble à un Pirelli "léger" car 1 seul bloc (?).


article lors de son décès

Collaboration Ferraro-Zannini, un lien entre les débuts de la médecine hyperbare italienne et ceux de la plongée sportive



Texte original...


Nel 1938, il professor Francesco Molfino diede vita alla Clinica del Lavoro di Genova e, spinto dalla sua grande passione per il mare, vi costituì un gruppo di ricerca sulla Medicina Subacquea. Molfino si occupava dei cassonisti (operatori subacquei addetti ai lavori in mare) che, in assenza di camere iperbariche, venivano sottoposti a ricompressioni terapeutiche all'interno dei cassoni stessi.
Tuttavia, la vera e propria attività di Medicina Subacquea è iniziata nel 1952 con le ricompressioni terapeutiche di cassonisti e palombari, mediante l'uso di una camera Galeazzi monoposto, poi sostituita da un'altra capace di maggiori pressioni di esercizio.
Damiano Zannini e Giorgio Odaglia furono i due giovani assistenti che svilupparono a Genova la Medicina Subacquea ricomprimendo, curando, istruendo palombari, cassonisti e i primi subacquei che si immergevano con apparecchi respiratori a ossigeno e ad aria. Nel 1956 fu anche messa in funzione la camera multiposto che vedrà in seguito migliaia di trattamenti per un periodo di oltre trent'anni.
A partire dal 1960 si fecero intensi i contatti e le collaborazioni con i subacquei sportivi, in particolare con la scuola di Nervi. I subacquei e i tecnici frequentavano la Medicina del Lavoro, offrendosi come volontari per le sperimentazioni, e i medici partecipavano alle immersioni e ai corsi per i brevetti Federazione Italiana Palombari e Subacquei.
Con l'aumento dei casi di aeroembolismo, fu organizzato un servizio che, grazie alla partecipazione volontaria dei medici, garantiva la possibilità di effettuare ricompressioni terapeutiche urgenti sulle 24 ore.
Nel 1963 ci si rese conto che in ambito nazionale non esistevano medici con una preparazione specifica e certa. L'Università di Genova istituì così, attraverso l'Istituto di Medicina del Lavoro, un corso di Medicina Subacquea per medici. Dal corso, poi ripetuto con successo nel 1964 e 1965, vennero diplomati oltre cento medici, fra cui l'appena laureato Alfredo Bonsignore, futuro direttore dell'Istituto genovese.
Nei primi anni '60 era intanto apparsa nel mondo scientifico e su basi moderne, a fianco della medicina subacquea, la Medicina Iperbarica: ci si era accorti che l’ossigenoterapia praticata all’interno di camere iperbariche poteva essere utile anche per curare malattie diverse dall'incidente disbarico.
La Medicina del Lavoro di Genova fu molto attiva nel campo: già nel 1962 venivano, per la prima volta in Italia, trattate intossicazioni da ossido di carbonio con ottimi risultati. Furono inoltre trattate con successo piaghe e patologie ossee. Venne così delineato un elenco di malattie per cui l'ossigenoterapia iperbarica (OTI) poteva rappresentare un presidio primario o coadiuvante.
Nel 1976 venne fondata la Società Italiana di Medicina Subacquea e Iperbarica (SIMSI), che per lunghi anni ebbe sede a Genova. Venne pubblicato il Bollettino SIMSI, che poi diventerà la Rivista di Medicina Subacquea e Iperbarica.
Nel 1984, l'Università di Genova affidò al prof. Zannini la cattedra di Medicina Subacquea ed Iperbarica, il cui insegnamento rientrò nel corso integrato di medicina e chirurgia d'urgenza e come insegnamento autonomo nella scuola di specializzazione in Anestesiologia.
Nel 1990 la camera iperbarica genovese venne sostituita da una struttura più moderna di oltre 15 mila litri, con ampi requisiti di sicurezza e meglio accessibile ai pazienti barellati. Con la nuova camera l'attività iperbarica proseguì in crescendo con circa tremila trattamenti all'anno e una intensa attività sperimentale.
Il 3 maggio 2003 si è tenuto a Viareggio un convegno organizzato dalla Historical Diving Society (H.D.S.), sulla storia della medicina subacquea e iperbarica in Italia. La manifestazione è stata indetta anche per conferire un "Award 2003" al genovese professor Damiano Zannini con la seguente motivazione: "Tra gli iniziatori della Medicina Subacquea e Iperbarica in Italia, insieme al professor Molfino nel 1954 ha fondato e diretto il Centro di Medicina Iperbarica presso l'Ospedale San Martino. Ha modificato l'algoritmo haldaniano per il calcolo della decompressione creando il modello attualmente utilizzato nell'attività subacquea industriale, dai corallari e nei computer subacquei ricreativi. Ha studiato accuratamente la fisiopatologia degli incidenti da decompressione neurologici, producendo un efficace schema terapeutico diventato di uso comune".

Source
www.clicmedicina.it/liguria/liguria_pagine%20n13/storia_iperbarica.htm

Traduction "googlelisée"...

En 1938, le professeur Francis MolfinoSurface a donné naissance à la clinique du travail de Gênes et, poussé par sa passion pour la mer, nous avons formé un groupe de recherche sur la médecine sous-marine. MolfinoSurface a pris soin de setters (spécialistes des plongeurs en mer) qui, en l'absence de caisson hyperbare, ont été soumis à une recompression thérapeutique dans les cases elles-mêmes.
Toutefois, l'activité réelle de la médecine sous-marine a commencé en 1952 avec la recompression thérapeutique des setters et des plongeurs, grâce à l'utilisation d'une chambre Galeazzi places, puis remplacé par un autre capable de pressions plus élevées.
Damian Zannini Odaglia et George étaient les deux jeunes assistants qui ont développé à Gênes recompresser la médecine sous-marine, la guérison, l'éducation des plongeurs, coffreurs et les premiers plongeurs qui plongent avec un appareil respiratoire de l'oxygène et de l'air. En 1956, il a également été mis en service chambre multiplace verra ci-dessous que des milliers de traitements pour une période de plus de trente ans.
À partir de 1960 est devenu contacts et collaborations intenses avec les plongeurs de loisirs, en particulier avec l'école de Nervi. Les plongeurs et techniciens ont participé à la médecine du travail, se proposant comme volontaires pour les essais, et les médecins ont participé à la plongée et des cours pour les brevets de la Fédération et Divers Divers italiens.
Avec l'augmentation des cas de aeroembolismo, un service qui a été organisé grâce à la participation volontaire des médecins, garantissent la possibilité d'une recompression thérapeutique d'urgence 24 heures.
En 1963, on s'est rendu compte qu'à l'échelle nationale, il y avait pas de médecins ayant reçu une formation spécifique et fiable. L'Université de Gênes alors il a créé, à travers l'Institut de médecine du travail, un cours de médecine de plongée pour les médecins. De cours, alors répétées avec succès en 1964 et 1965 diplômés étaient plus d'une centaine de médecins, y compris le Alfredo Bonsignore tout juste diplômé, futur directeur de la génoise.
Au début des années 60 avait entre-temps apparu dans la base scientifique et moderne, aux côtés de la médecine de plongée, la médecine hyperbare: nous avons remarqué que l'oxygénothérapie a été pratiqué dans une chambre hyperbare pourrait également être utile pour traiter des maladies autres que le «accident disbarico.
La médecine du travail de Gênes a été très actif dans le domaine: en 1962 étaient, pour la première fois en Italie, d'une intoxication au monoxyde de carbone traité avec d'excellents résultats. Ils ont également été traités avec succès les blessures et les maladies osseuses. A donc été présenté une liste de maladies pour lesquelles l'oxygénothérapie hyperbare (OHB) pourrait être un superviseur principal ou adjuvant.
En 1976 a été fondée la Société italienne de médecine subaquatique et hyperbare (SPGII), qui depuis de nombreuses années a été basée à Gênes. A été publié dans le Bulletin de SIMSI, qui devint plus tard le Journal de médecine subaquatique et hyperbare.
En 1984, l'Université de Gênes confiée au prof. Zannini la chaire de médecine subaquatique et hyperbare, dont l'enseignement, il est revenu dans la médecine intégrée et la chirurgie d'urgence et comme un enseignement autonome à l'école d'études supérieures en anesthésiologie.
En 1990, le caisson hyperbare de Gênes a été remplacé par une structure plus moderne de plus de 15 mille litres, avec des exigences de sécurité suffisantes et mieux accessibles aux patients sur des civières. Avec la nouvelle activité de caisson hyperbare a continué à grandir avec environ trois mille traitements par an et une activité expérimentale intense.
Le 3 mai 2003, a eu lieu à Viareggio une conférence organisée par la Société historique de plongée (HDS), l'histoire de la médecine subaquatique et hyperbare en Italie. L'événement a également été appelé à donner un "Award 2003" pour les Génois professeur Damian Zannini avec la motivation suivante: «Parmi les initiateurs de médecine subaquatique et hyperbare en Italie, en collaboration avec le professeur MolfinoSurface en 1954, il a fondé et dirigé le Centre de médecine hyperbare à l'Hôpital San Martino. Haldanien Il a modifié l'algorithme pour le calcul de décompression créer le modèle actuellement utilisé en plongée sous-secteur de la plongée, du corail et des ordinateurs plongeurs amateurs. a soigneusement étudié la physiopathologie des accidents de décompression neurologiques, produisant une régime efficace devenu banal. "


Constatations
- la guerre terminée, les ex-plongeurs militaires italiens ont su utiliser leur expérience pour concevoir et adapter le recycleur ventral 100% O2 pour le marché civil (Cressi avec son 57B, Pirelli, Technisub)
- le Nuovo ARO est la 1ère machine italienne à rompre avec la tradition du filtre pendulaire; était-ce sous l'influence des produits étrangers (LAR, Fenzy) ou celle de Zannini, certainement moins dépendant des traditions de la Marina ?

Si vous en voyez d'autres....enfin, ceux que ça intéresse lol!
avatar
ebourzeix
Dendrobate tinctorius (Administrateur)
Dendrobate tinctorius (Administrateur)

Messages : 2298
Date d'inscription : 31/08/2014
Localisation : beautiful Switzerland

Revenir en haut Aller en bas

Re: Technisub Nuovo ARO, le ventral 100% O2 rêvé par LUIGI FERRARO

Message par ebourzeix le Mar 2 Sep - 19:50

Après près d'un demi-siècle de domination des recycleurs pendulaires, Luigi FERRARO (1914–2006), ancien plongeur Gamma et fondateur de la société TECHNISUB, crée en collaboration avec le Prof. Damiano ZANNINI de l'Université de Gênes (initiateur de la médecine hyperbare en Italie) un ventral 100% O2 faisant majoritairement appel à des pièces plastiques moulées. Coupant radicalement avec une tradition (des pendulaires) vieille de plus de 40 ans, TECHNISUB fait entrer le ventral italien dans la modernité avec un modèle cyclique et un processus industriel de fabrication.

Sources
www.rebreathers.eu/cms_rebreathers/node/36
http://plongeesanssel.com/files/25_aro.pdf
www.hdsitalia.com/hdsnotizie/HDSN_Eudi_2009.pdf
http://www.luigiferraro.it/en/inventorentrepreneur








Harnais croisé, le confort du portage est pris en compte.

avatar
ebourzeix
Dendrobate tinctorius (Administrateur)
Dendrobate tinctorius (Administrateur)

Messages : 2298
Date d'inscription : 31/08/2014
Localisation : beautiful Switzerland

Revenir en haut Aller en bas

Re: Technisub Nuovo ARO, le ventral 100% O2 rêvé par LUIGI FERRARO

Message par ebourzeix le Mar 2 Sep - 19:51

Aussi compact que ses illustres ancêtres, il s'en démarque néanmoins par une recherche (enfin) du design: il est beau.

Sa construction qui fait la part belle au plastique indique un souci de rationalisation industriel. A noter qu'il existe aussi en version militaire (2 blocs de couleur noire).

Hélas...hélas...L'utilisation massive de pièces en plastique injecté (châssis, capot) se fait malheureusement au détriment de la solidité. La machine est fragile et l'entretien par l'utilisateur en cas de casse est impossible.



1-2: cloisons contenants la chaux (1 = inspiration / 2= expiration)
3: cerclage fixant le faux-poumon sur le filtre
4: pièces en plastique permettant un 1/2 remplissage de chaux dans le filtre





5: capot doublé de caoutchouc fermant le filtre
6: faux-poumon
7: capot protégeant le faux-poumon
8-9: vis de fixation des 2 capots
10-11: bloc acier et détendeur
avatar
ebourzeix
Dendrobate tinctorius (Administrateur)
Dendrobate tinctorius (Administrateur)

Messages : 2298
Date d'inscription : 31/08/2014
Localisation : beautiful Switzerland

Revenir en haut Aller en bas

Re: Technisub Nuovo ARO, le ventral 100% O2 rêvé par LUIGI FERRARO

Message par ebourzeix le Mar 2 Sep - 19:51

Une petite vidéo. Je corrige tout de suite 1 bêtise: le bouton rotatif ne modifie bien sûr pas la MP mais agit plus ou moins fort sur le clapet du by-pass (qui n'est rien qu'un simple 2ème étage - j'utilise d'ailleurs ce terme plus loin).

avatar
ebourzeix
Dendrobate tinctorius (Administrateur)
Dendrobate tinctorius (Administrateur)

Messages : 2298
Date d'inscription : 31/08/2014
Localisation : beautiful Switzerland

Revenir en haut Aller en bas

Re: Technisub Nuovo ARO, le ventral 100% O2 rêvé par LUIGI FERRARO

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum